Paysage à ma façon

 »-. Dis, Christine, j’ai envie de peindre un paysage, un beau paysage. Tu ne nous diriges pas vraiment vers cette voie, qui pourtant paraît plus facile, à mes yeux de débutanteJe commence à bien te connaître, tu as sûrement une ou deux bonnes raisons à mettre en avant. -. Certes. Paysage ne veut pas dire ruralité. Le paysage est, contrairement à ce que tu crois, délicat à traiter. Sauf si tu le peins « sur le motif », c’est-dire chevalet planté dans la nature, face à un moulin, une rivière, une demeure, des meules de blé (attention, le sujet est déjà pris par des maîtres du genre) que tu comptes restituer parfaitement avec ombres et lumières, ton tableau peut rapidement prendre une attitude figée, au garde-à-vous sur ta toile. Il ne s’agit pas de s’y montrer seulement habile, il faut être persuasif en lui donnant une consistance, une chaleur, une âme, une force. Il faut donc être persuadé(e) soi-même de l’excellence de son geste, de la justesse de son coup de pinceau. Dur, dur, pour les débutants… et pour les autres.

  • En fait, Christine, si je t’écoute, tout est difficile à peindre… – Oui et non, je te l’ai dit cent fois, peins simplement les choses difficiles, peins tout aussi simplement les choses faciles. Allez, tu vas le peindre ce beau paysage… en l’épurant.
60x60cm « Mon village confiné » (Galerie Les clins d’oeil de Dame nature) -On n’est pas tenu de copier la nature, on peut aussi l’imaginer, la créer, la sublimer, la transposer-

Mon conseil Simplifier le tracé, ne pas multiplier les couleurs. – Attention à la perspective, si l’on n’est pas un champion, mieux vaut traiter le sujet de façon décalée, décadrée, floue en suggérant les contours plutôt que de les affirmer. – Attention à l’échelle, placer un ou deux bâtiments dans la composition permet de ne pas se laisser surprendre. – Les couleurs de la nature sont difficiles à reproduire, on tournera la difficulté à son avantage en osant une « palette surprenante », herbe bleue, toits verts, feuillage orangé. – A défaut d’un personnage, introduire un ou plusieurs oiseaux, en nombre impair bien entendu, donne un supplément de vie à une scène que l’on juge trop immobile-

2 réflexions sur “Paysage à ma façon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s