Idylle entre cuisine et dépendances

« – Wragge, ordonnance promue maître d’hôtel, n’avait jamais si bien vécu de sa vie. Vraiment, ainsi qu’il le disait à Maggie la cuisinière, il ignorait l’existence d’une telle nourriture avant d’avoir fait connaissance de l’ordinaire de Jalna. Lorsqu’il regardait son visage rouge et rond, ses bras cramoisis et dodus, ses mains propres et adroites, il aurait pu verser des larmes de joie à la pensée de ses capacités quant au pie aux cerises, à la crème fouettée, aux assaisonnements des salades, aux farces à la sauge et au soufflé au chocolat.

Mais elle avait un caractère violent. Déjà, elle l’avait menacé de s’en aller. Que deviendrait-il si elle partait ? Il décida de l’épouser. A la vérité, elle n’avait pas toutes les qualités qu’il eût désiré trouver chez une épouse. Mais quelle était la femme qui les aurait toutes ? Certainement, dans la loterie du mariage, celle-ci ne représentait pas un mauvais billet ! Wragge prit sur son second mois de gages pour lui acheter un bracelet à pendeloques, mais il éprouva une vive déception lorsqu’elle le refusa. Que voulait-elle donc, un Adonis ? Un millionnaire ? Le choc que lui fit éprouver sa déconvenue agit sur son foie, il souffrit d’une violente crise. C’est alors qu’il eut les preuves évidentes de sa valeur, elle le nourrit de potages délicats et de crème à l’orange.

Peut-être fut-ce de le voir ainsi prostré, l’air plus mort que vif, qui toucha le coeur de la cuisinière. Quoiqu’il en fut, lorsqu’il se sentit mieux cependant qu’encore affaibli, elle l’étonna par cette remarque qu’elle laissa tomber comme par hasard : -Allons, je ne vous veux pas de mal même si j’en ai l’air-. Il cessa de souffler su la théière d’argent qu’il était occupé à polir.– L’air de quoi ?De vous craindre.Me craindre !Non, seulement dans le mariage ! – Maggie !– Il déposa la théière et la prit dans ses bras, ivre de joie. – Vous faîtes de moi l’homme le plus heureux de la terre ! » Mazo de La Roche (L’héritage des Whiteaoks)

3 réflexions sur “Idylle entre cuisine et dépendances

  1. Ping : Idylle entre cuisine et dépendances — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s