Rencontre avec les Cosaques

« -. Le voyage de Volvograd à Logovski, ce misérable village de la steppe qui ne vivait que par sa gare de chemin de fer, s’effectua sans incident. Chaque jour, des milliers d’individus défilaient devant le même guichet, puis ils attendaient sur les quais, parfois pendant des heures, et s’installaient dans tous les recoins de la gare. Chaque jour, des paysans de la steppe allaient en ville, dans un flot de paniers et de caisses, de valises et de sacs de jute, puis, après le marché, la même marée refluait, bavardant, se chamaillant, riant parmi les relents de vodka, d’oignon, de lard grillé.

Pendant tout le voyage, Niocha et Bodmar restèrent assis côte à côte, se tenant par la main. Ils regardaient, dehors, la steppe, les champs cultivés où déjà le blé se dorait, les pâturages déjà prêts à être fauchés une première fois, les bestiaux, les bandes de chevaux qui broutaient nonchalamment le long de la voie. Au loin, se silhouettant sur le ciel, assez semblables à des taupinières, des villages surgissaient. Des toits de chaume, quelques couvertures de tôle ondulée peintes en vert ou en bleu. D’étroits sentiers s’enfonçaient dans la steppe comme autant de raies tracées dans une chevelure ondoyante.

La clarté blanche du soleil brûlait le pays. Il était encore tôt, et du fond des replis de terrain, montait l’humidité de la nuit, jusqu’à ce que la chaleur l’absorbe. Trois gardiens de chevaux galopèrent un moment à la hauteur du train, en adressant aux voyageurs des gestes joyeux, auxquels ceux-ci répondaient, penchés aux fenêtres des wagons. Des femmes piaillèrent et ricanèrent lorsque l’un des cavaliers se mit debout sur sa selle, tandis que sa culotte glissait sur ses fesses. Son derrière blanc brillait au soleil. – Des cosaques !- constata Nioucha. Elle se pencha à la fenêtre lorsque les cavaliers restèrent en arrière et que le train se mit à cahoter follement, le vieux duel entre le chauffeur de la locomotive et les bergers… » Konsalik (Amours sur le Don)

3 réflexions sur “Rencontre avec les Cosaques

  1. Ping : Rencontre avec les Cosaques — L’atelier peinture de Christine | l'eta' della innocenza

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s