La chute de Dagobaz

 »-. Si Dagobaz n’avait pu voir l’eau, il avait dû la sentir, or lui aussi était très fatigué et assoiffé. Le poney de Bukta, habitué à la montagne et qui, ce jour-là, n’avait manqué ni d’eau ni de repos, descendit agilement la pente abrupte. Mais, à cause de sa soif, Dagobaz voulut aller trop vite et il n’avait pas le pied sûr comme le poney. Avant que Ash ait pu faire quoi que ce soit, il dérapa et se mit à glisser dans un éboulement de terre, entraînant Ash dans sa chute jusqu’au bord de l’eau.

Ash ne souffrait que de quelques éraflures et contusions légères, mais Dagobaz ne put se remettre debout. Son antérieur droit était fracturé et l’on ne pouvait plus rien pour lui. Tout d’abord, Ash refusa d’y croire. Quand il dut s’en convaincre, il prit entre ses bras la tête du cheval, où la sueur traçait des rigoles dans la poussière. La serrant contre sa joue, il se mit à pleurer comme il ne l’avait fait encore qu’une seule fois dans sa vie.

Bukta lui dit gravement. -. Assez, Sahib ! La nuit tombe et il nous faut partir d’ici tant que nous y voyons encore un peu. Laissemoi faire, Sahib, je te promets qu’il ne sentira rien.-. A quoi Ash lui répondit un peu rudement. -. Inutile. Tout en parlant, il avait sorti son revolver. Mais Bukta rendit la main vers l’arme en disant d’un ton grave. -. Non, Sahib, il vaut mieux que ce soit moi. » M.M. Kaye (Pavillons lointains)

2 réflexions sur “La chute de Dagobaz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s