La vallée perdue

 »-. Mais où aller ? -. Mais dans la vallée. -. La vallée ? – . La vallée de ta mère, celle dont tu me parlais tout le temps, où nous devions construire une maison, faire pousser des arbres fruitiers, avoir une chèvre et un âne… Tu ne l’as quand même pas oubliée ?

-. Mais, mon cœur, ça n’était qu’un conte… Du moins je l’imagine. -. Quelle importance ? Nous pouvons faire que le conte devienne réalité. Il doit exister des centaines, des milliers de vallées perdues dans les montagnes. Des vallées avec des ruisseaux, où nous pourrions cultiver de quoi nous nourrir, élever des chèvres, bâtir une maison. Il nous suffit de chercher, c’est tout !

-. C’est vrai, mais ce serait une rude existence. L’hiver, Il y a de la neige, de la glace, des… -… Des pommes de pin et le bois des déodars pour faire du feu comme dans tous les villages de montagne. Et puis les gens qui habitent l’Himalaya sont paisibles, doux et enjoués, toujours très serviables pour les voyageurs. Ils ne connaissent pas les rivalités de clans. Nos collines ne sont pas arides et dures, mais couvertes de forêts, pleines de ruisseaux…

-… Et de bêtes sauvages. Des tigres, des léopards et des ours. N’oublie pas cela non plus. -. Du moins ces bêtes sauvages, comme on les appelle, ne tuent-elles que pour se nourrir. Et non par haine ou vengeance…’M. M. Kaye ( Pavillons lointains)

Une réflexion sur “La vallée perdue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s