Marchandise humaine

 ». Un magasin d’esclaves ! Peut-être certains lecteurs auront-ils frémi à ce mot, qu’ils se rassurent, les hommes civilisés savent qu’il est de leur intérêt de ne pas choquer la sensibilité des gens de qualité. Aussi les esclaves sont-ils traités comme n’importe quelle marchandise coûteuse, avec soins.

Un magasin d’esclaves, à La -Nouvelle-Orléans, a les apparences d’une maison d’habitation ordinaire. La différence réside en ce qui se trouve à l’intérieur. Ceux qui font commerce de la marchandise humaine s’efforcent par tous les moyens d’entretenir chez les esclaves une sorte de gaîté insouciante. Il convient de les rendre insensibles à leur sort, indifférents, voire brutaux. On les fait manger à volonté, boire tout leur soûl et danser au son d’un violon. On exige d’eux qu’ils soient gais afin d’attirer les bons acheteurs…./…

Ce fut au tour de Tom de monter sur le tréteau d’exposition. C’était une sorte de tribune sur laquelle chaque esclave devait monter pour se montrer aux acheteurs. Tout autour régnait un tumulte indescriptible, aboiements du crieur vantant la qualité de la marchandise, en anglais et en français, chahut des enchères jetées par des acheteurs des deux nations, etc… Enfin le marteau retentit. Tom était adjugé.‘ Harriet Beecher-Stowe ( La case de l’oncle Tom)

3 réflexions sur “Marchandise humaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s