Faire bombance pour le repas de noces

 »-. Il reste, et Casimir et Charlotte ont dû déployer des trésors de persévérance, à clôturer le mariage par le repas de noces. Malgré les difficultés d’approvisionnement aggravées encore par les combats de la Libération, ils ont pu rassembler les éléments du menu. Le restaurateur a mis comme condition à son acceptation, que les convives trouvent les produits nécessaires. Charlotte a renoncé à la robe blanche. Ils devront aussi abandonner l’idée de la pièce montée, la farine et le sucre, contingentés, sont introuvables. Par contre, l’intendance militaire n’est pas avare d’un pain de campagne, qu’elle distribue en boules noirâtres, et qui calent l’estomac à défaut de nourrir.

Le cuisinier, pour faire une fleur aux époux, a préparé une salade verte. Et des pommes pour le dessert. Julien n’a pas été en reste, puisqu’il a rapporté un Chablis de sa Bourgogne natale. Ce ne sont pas quelques gouttes d’un cépage sec et un peu raide, mais véritablement des gouttes d’or qui coulent dans les gosiers. Quand chacun prend congé, il est minuit plein. En quelques heures extraordinaires, Casimir et Charlotte sont entrés dans le cercle des bâtisseurs de famille. Leur jeunesse vient de leur être ravie.’Gérard Gettour-Baron (Les maîtres du temps)

2 réflexions sur “Faire bombance pour le repas de noces

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s