Les aventures d’une Bête à bon Dieu

 »-. Le théâtre représente la campagne. Il est six heures du soir, le soleil s’en va. Au lever du rideau, un Papillon Bleu et une jeune Bête à bon Dieu causent à cheval sur un brin de fougère. Ils se sont rencontrés le matin, et ont passé la journée ensemble. Comme il est tard, la Bête à bon Dieu fait semblant de se retirer.

-. Quoi, tu t’en vas déjà ? -. Dame, il faut que je rentre, il est tard, songez donc. -. Attends un peu, que diantre ! Il n’est jamais trop tard pour retourner chez soi. Moi, d’abord, je m’ennuie à la maison, et toi ? C’est si bête une porte, un mur, une croisée, quand au-dehors on a le soleil, la rosée, et les coquelicots, et le grand air, et tout et tout.

-. Hélas, Monsieur, je les adore. -. Eh bien alors, nigaude, ne t’en va pas encore. Reste avec moi, tu vois, il fait si bon, l’air est si doux. -. Oui, mais… -. Hé, roule-toi dans l’herbe, elle est à nous. -. Non, laissez-moi, parole, il faut que je m’en aille. C’est que le soir, chez nous, nous faisons la prière, vous comprenez ?’‘ Alphonse Daudet (Le Petit Chose)

2 réflexions sur “Les aventures d’une Bête à bon Dieu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s