Archéologie politicienne

 »-. Les indépendantistes ne désarmèrent pas. Carter devint leur bête noire, et fut l’objet d’attaques incessantes. L’une d’elles fut particulièrement virulente, l’archéologue fut accusé d’avoir dérobé dans la tombe des papyrus concernant l’Exode. On prétendait qu’ils contenaient les véritables détails de l’aventure des Juifs pendant leur sortie d’Egypte.

Le vice-consul de. Grande- Bretagne convoqua Carter. Fort irrité, il l’apostropha avec véhémence. -. Je veux ces papyrus. Leur existence même est un danger pour la paix ! Ignorez-vous que nous devons tenir compte à la fois du nationalisme égyptien et du développement de la colonie juive en Palestine ? Aucun de ces textes ne doit être publié. -. Vous ne courez aucun risque, car ces papyrus n’existent pas. -. N’étaient-ils pas cachés dans l’Arche d’alliance, à l’intérieur même de la tombe ?-. Vous prêtez trop d’attention aux rumeurs les plus fantaisistes. -. Me traitez-vous d’imbécile, Monsieur Carter ?-. Si vous accordez le moindre crédit à cette faribole, oui.

Le vice-consul ouvrit lui-même la porte de son bureau. -. Le haut-commissaire m’avait prévenu, vous êtes un personnage impossible. J’ajouterai : indésirable. » Christian Jacq ( L’Affaire Toutankhamon)

2 réflexions sur “Archéologie politicienne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s