A petits pas dans les rues de la ville

 »-. Je regarde mon oncle glisser ses pas dans son passé. Il avance tout doucement. Cherche-t-il quelque chose de précis à travers les visages et les rues ? Éprouve-t-il la cruelle sensation de la fuite des années, cette sensation dont l’horreur blesse la raison ? Pourquoi naître et mourir ? Il n’est pas homme à divulguer ces angoisses-là. Cette face de lui me demeure inconnue.

J’ai l’impression que la promenade le fatigue. Il souffle comme si l’air lui manquait. Il sort si peu ! De temps en temps, sans qu’il puisse supposer que je veuille l’aider, je le prends par le bras. Il se tourne alors vers moi avec ce sourire que les ans et la gentillesse ont dessiné une fois pour toutes. A présent, tant qu’il vivra, ce sourire ne changera plus. Il ne dérange pas cette impassibilité des très vieilles personnes. Que pensent-elles vraiment, elles qui ont perdu tant d’êtres chers dans les remous de la vie ?

S’il va lentement, s’arrêtant parfois, il semble décidé à poursuivre. Trop de vieilles histoires trottent dans sa tête. Il marche dans le présent de ce mois de juin comme dans un musée. » Louis Nucera (Chemin de la Lanterne)

5 réflexions sur “A petits pas dans les rues de la ville

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s