La méthode acadienne

 »-. Essayez de la méthode acadienne, alors ! -. Mais je ne la connais pas, mademoiselle. -. C’est simple et les jeunes gens de chez nous s’y prennent d’une façon qui suppose de la patience. Quand une jeune fille leur plait, ils commencent par la raccompagner chez elle après la messe du dimanche.

Puis, s’ils y sont encouragés, ils viennent lui rendre visite à la veillée. Après leur journée de travail, ils font toilette et se présentent à la maison de l’élue. Là, ils jouent aux cartes avec les parents, les frères et les sœurs, parlent politique, écoutent les anciens évoquer le bon vieux temps. En hiver, ces réunions se passent près de la cheminée, l’été sous la galerie.

Au bout d’un certain temps, on s’arrange toujours pour que le garçon ait une chaise près de la jeune fille. Plus tard, on permet encore aux tourtereaux de s’asseoir l’un près de l’autre au bout du salon…/… Quand on en est à ce stade, le garçon est déjà considéré comme le prétendu. Il ne doit plus tarder à parler de mariage. Quand arrive le moment de la demande officielle, tout le monde est d’accord. Quand les fiançailles sont annoncées, le garçon est autorisé à faire sa cour trois fois par semaine, le samedi, le dimanche et le mercredi. » Maurice Denuzière (Fausse-Rivière)

Une réflexion sur “La méthode acadienne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s