Camés !

 »-. Ma priorité était de sauver la vieille dame. Convaincu de la nécessité de satisfaire cette exigence, je suis arrivé à convaincre le préfet. Le substitut hésitait encore, redoutant le risque d’une overdose fatale. Si les deux camés clamsaient après s’être shootés avec de la drogue procurée par nos soins, nous serions dans de beaux draps ! Je fis valoir qu’un médecin aspirant des sapeurs-pompiers serait présent, prêt à intervenir.

Il faut savoir que des drogués en manque ne maîtrisent plus leurs impulsions destructrices. Par contre, après avoir pris leur dose, ils reviennent à un état normal. Il est alors possible d’entamer un dialogue cohérent pour parvenir à des résultats positifs. J’ai pris la responsabilité de leur donner ce qu’ils réclamaient…

…-. Voici les doses. Vous avez deux minutes pour ouvrir et vous rendre. Après, je ne réponds plus de rien-. Je voulais m’assurer que Mme Groseille allait bien. -Ça va bien, commissaire. Ils ne m’ont pas fait de mal-. » (Georges N’Guyen Van Loc Le Chinois)

2 réflexions sur “Camés !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s