Sept heures et demie

 »-. Quelque part dans le jardin, un oiseau chanta. En bas, une porte s’ouvrit et se referma. Elle s’adossa à ses oreillers de lin et attrapa ses lunettes sur la table de chevet. C’était une grande table de chevet, presque un bureau, en raison du nombre d’objets, petits mais indispensables, qu’elle devait garder à portée de main. Ses lunettes, son verre d’eau, une boîte de biscuits, un bloc de papier et un crayon bien taillé au cas où une idée géniale lui traverserait l’esprit au milieu de la nuit. Une photo de son défunt mari, Eustache Boscawen, lui jetant un regard sévère depuis son cadre de velours bleu. Sa bible, le livre en cours, Les Tours de Barchester.

C’était la sixième fois qu’elle le lisait, mais Trollope était si réconfortant. En sa compagnie, on se sentait pris par la ✋, et ramené vers un passé plus paisible. Elle eut du mal à trouver ses lunettes. Du moins n’avait-elle pas de dentier pour lui sourire au fond d’un gobelet. Elle était fière de ses dents. Combien de vieilles femmes de quatre-vingt-cinq ans avaient encore les leurs ? Elle regarda l’heure. Sept heures et demie. » Rosamunde Pilcher (Retour en Cornouailles)

Une réflexion sur “Sept heures et demie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s