Les amours de l’Agasse et du Martin- Pêcheur

 »-. Il n’était rien, cet orgasme. Qu’un mystère. Martin Gahus s’était enfui devant ce que Marthe n’arrivait pas à considérer comme une passade. Elle venait d’apprendre qu’il voguait sur un morutier parti du port de Bassens, pour une longue campagne de pêche. Il avait réussi à se faire engager comme ramendeur de filets. Elle ne savait pas quand il reviendrait des mers d’Islande. Ni s’il reviendrait.

Le feu d’artifice de la première nuit avec Martin-Pêcheur, provoqué peut-être par le long désir différé, étouffé, s’était survécu avec difficulté. Il les avait trop épatés. Le Pêcheur avait eu peur de Marthe. Elle, pas assez de lui. Quatre mois ne s’étaient pas écoulés qu’elle avait été obligée, pour ménager ses respirations, de rompre le courant qui les entraînait dans une sorte de névrose où le oui de l’un provoquait le non de l’autre. Le oui de l’autre, l’incompréhension de l’une. Leur liaison, comme une eau incapable d’atteindre la mer, s’échouait dans les sables.

-. Ah… Ne m’embête pas avec cette histoire. Elle était fichue d’avance. Vous étiez faits pour vous entendre comme l’Agasse (la pie) et le coucout (le coucou). Tu n’es même pas capable de vivre une aventure. Il faut tout de suite que tu grimpes. Bien fait pour toi ! » Michelle Perrein (Les Cotonniers de Bassalane)

2 réflexions sur “Les amours de l’Agasse et du Martin- Pêcheur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s