Condoléances

 »-. Ce matin-là, à la pile habituelle, s’ajoutait une grande enveloppe matelassée, dont l’adresse était rédigée à l’encre noire, en lettres penchées. La belle écriture lui attira l’oeil…

… Edgar posa la lettre et prit le carton de fortune. Non sans difficulté, ses doigts tremblaient un peu, il retira les trombones et l’ouvrit. A l’intérieur, il y avait une feuille de papier fort, au bord supérieur irrégulier pour avoir été arrachée pour avoir été arrachée au carnet de Gus ? Son fils. Rapidement croqué au crayon, puis peint à l’aquarelle, la marque de Gus….

… Soudain le dessin devint flou. Pris au dépourvu, désarmé, il pleurait. Il sortit un grand mouchoir de coton de sa poche, sécha ses larmes et se moucha avec vigueur. Cela n’avait pas d’importance. Ce n’était pas grave. Personne n’avait été témoin de ce moment de douleur.

Il resta longtemps devant le portrait. Puis il le replaça soigneusement dans son carton. Remit les trombones et le rangea dans un tiroir. Un jour, il le montrerait à. Diana. Plus tard, il le ferait encadrer et le mettrait sur son bureau. Plus tard. Quand il aurait la force de le regarder. Et de vivre avec. » Rosamunde Pilcher (Retour en Cornouailles)

Une réflexion sur “Condoléances

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s