Lettre à ma colombe

Je rentre, ma colombe, mon amour. J’ai trop présumé de mes forces et ce séjour à Temacine, dans un climat insalubre, humide et chaud, m’a jeté à bas. Pourtant le médecin militaire m’avait merveilleusement soigné, mais, une fois guéri, j’aurais dû l’écouter et revenir à Kourdane. J’ai voulu continuer, nous avons subi une grande épreuve en traversant le Seif. Quel désert abominable ! Le vent de sable nous y a surpris. Et me voilà à nouveau très malade, mais sans soins réels sinon les prières à Allah.

Mon anthrax s’est rouvert, la fièvre me tient. Je me suis levé pour t’écrire. Sache, ma chérie, que jamais je ne me suis bien rendu compte de tout ce que tu étais pour moi, pour la confrérie, un ange envoyé par Allah ! J’ai honte de ma conduite passée et t’en demande pardon…/… Mais je veux vivre. Je veux revoir Kourdane, ton merveilleux domaine, je veux revoir le soleil embrasser le Djebel Amour avant de disparaître ! Mais je veux surtout retourner près de toi, oh ma colombe bien-aimée. Tu es toujours pour moi celle qui fit battre mon coeur. Je suis ton esclave, Sidi Ahmed. » Roger Frison-Roche (Djebel Amour)

2 réflexions sur “Lettre à ma colombe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s