Ah, qu’elle est triste, la culture !

Me disais-je malicieusement, et surtout tristement. Je m’étais rendue à une exposition de peinture, la première que je visite depuis de longs mois, faute d’occasions. Visite éclair presque en catimini en des lieux que je connais pourtant bien, masquée, désabusée, voilà pour l’ambiance. Quant au décor, cimaises dégarnies d’un bon tiers d’oeuvres, vernissage aux abonnés absents, public clairsemé et triste…

Est-ce le reflet d’une (triste) réalité, ou seulement l’effet de mon (triste) ressenti ? Le cœur y était d’autant moins que je viens d’annuler, pour diverses causes techniques aggravées par une évidente mauvaise volonté, l’exposition automnale que mon association de tutelle m’avait demandé d’organiser. Déjà reportée une première fois pour cause de confinement, quel bazar ! La culture, déjà parente pauvre de notre pauvre siècle, mal considérée, soumise à des intérêts mercantiles, se remettra-t-elle des mesures sanitaires qui la gangrènent et du mépris à peine déguisé de notre classe dirigeante ? Au secours, help !

Mon conseil. -Je suis une dame d’un certain âge, voire d’un âge certain. Je vois tout autour de moi s’écrouler mon petit monde artistique, en dépit de mon caractère optimiste, j’en viens donc à douter... -. Ce en quoi j’ai résolument tort, car il faut faire confiance aux jeunes artistes, ou tout du moins aux plus jeunes que moi, qui sauront bien, quant à eux, réinventer, résister, s’adapter, donner l’exemple. Ah, qu’elle est gaie, la culture, si l’on se projette vers des lendemains qui chantent !-. Bon récapitulons. D’abord, je pleurniche. Puis j’attends d’autrui la solution. Futée, Christine !

Petite partie de l’une de mes expositions, bucoliquement improvisée tout au long d’une palissade, par une belle journée de printemps… Le bon temps pour les artistes… Et les promeneurs. Mais c’était avant.

6 réflexions sur “Ah, qu’elle est triste, la culture !

  1. courage à toi.
    Dieu que c’est idiot à écrire, mais la résilience (que je déteste ce mot), on connaît. Finalement, on pourrait se résume à cette énergie à survivre. Et sourire.
    Courage à toi. J’invoque les dieux africains qui ont pleis de plans efficaces contre les criquets.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s