Quand Suzanne devient Suzie

 »-. A force d’entendre sa grand-mère lui répéter qu’elle était jolie comme un cœur, elle le crut, et dès qu’elle fut pubère, les garçons se chargèrent de l’en convaincre. Néanmoins, il lui fallut attendre ses dix-sept ans pour être remarquée, lors de la fête paroissiale, par un chapelier de Tours qui accompagnait son épouse confite en dévotion. Il profita des faveurs de Suzanne comme elle profita de son portefeuille. Au bout de quelques mois, il l’installa à Paris où il lui rendit visite jusqu’à ce qu’elle le remplaçe par un plus riche protecteur.

Suzanne devint Suzie. Elle habita, rue d’Anjou, dans un appartement aux lourdes tentures et aux multiples miroirs. Son but n’était cependant pas atteint. Pour monter sur une scène de théâtre, elle était prête à tout. Une femme plus âgée l’y aida, avec laquelle elle vécut pendant trois ans. Son nom trouva une petite place sur les affiches, mais la guerre contraria ce début de carrière.

N’écoutant que son intuition, Suzie quitta la France pour l’ Italie, puis la Turquie, pour échouer au Caire où elle joua régulièrement la comédie. Elle en rentrait. Quand son chemin croisa celui de Laurent, dont la jeunesse la changeait des barbons qui s’étaient succédés dans son lit. » Dominique Marny (A l’ombre des amandiers)

2 réflexions sur “Quand Suzanne devient Suzie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s