A la recherche du passé crétois

 »-. En 1934, un paysan de Malia, nommé Rovidis, trouva une pépite d’or sous le soc de sa charrue. Le champ qu’il labourait était constitué par les déblais non tamisés des fouilles du palais. Rovidis s’en fut donc à Heraklion, et porta sa trouvaille au docteur Giamalakis, archéologue autodidacte de grande qualité et propriétaire de la plus belle collection d’art privé d’art minoen.

Entre le médecin averti et le paysan ignare, le marché fut vite conclu. La pépite fit son entrée dans la collection privée, car il s’agissait d’un sceau vieux d’environ trente cinq siècles, contre deux mille drachmes, soit la valeur d’une belle bicyclette. En guise de prime, le chirurgien-collectionneur ôta l’appendicite de la femme du laboureur. Depuis, Rovidis a été embauché sur le chantier des fouilles de Malia et, sans doute en raison de son coup d’oeil infaillible, il est affecté au tamisage des déblais. Choix judicieux, depuis, son œil a livré de nombreux autres sceaux, nouvelles richesses pour les collections du musée d’ Heraklion. » Freddy Tondeur (Crète, Île des Dieux)

 »Oeil de lynx ». -. Bien utile pour fouiller le passé archéologique…-

2 réflexions sur “A la recherche du passé crétois

  1. Ping : A la recherche du passé crétois — L’atelier peinture de Christine – Le Vélin et la Plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s