Rivalités gothes

 »-. Il n’est pas besoin d’avoir une grande expérience de la vie pour se douter qu’une belle-mère et une belle-fille du même âge ne pouvaient que se détester. Et comme elles étaient Gothes toutes deux, leur mutuelle hostilité était violente et partait du coeur. Ajoutons à cela que Gosuinda était aussi fidèle arienne qu‘Iguinda était bonne catholique. Et l’on aura une idée de l’enfer dans lequel vivait le roi Leuwigild.

Les prêtres catholiques et les diacres ariens se lançaient des regards empoisonnés, mais tentaient quand même de mettre un frein à la fureur de leurs belles pénitentes.

Ces consolations ne faisaient qu’attiser l’incendie. Chacune eût peut-être pardonné à l’autre d’être jeune et ravissante, car dans son cœur elle se croyait mieux que sa rivale. Mais la haine s’était logée dans les deux âmes, le conflit s’exaspérant pour une question de croyance. Un soir on trouva les deux femmes qui, ayant épuisé tous les arguments, s’étaient lacéré leurs vêtements, arraché leurs pesants bijoux goths et copieusement égratigné le visages ! » G. Raimond

2 réflexions sur “Rivalités gothes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s