Grandeur et décadence chez les Mayas

 »- . Lorsque, à la fin du premier empire, vers l’an 987, les Mayas abandonnèrent progressivement le Guatemala et le Chiapas pour s’établir au Yucutan, des influences extérieures commencèrent à se faire sentir. Les coutumes barbares des tribus voisines, moins évoluées mais plus puissantes, s’ajoutèrent aux traditions religieuses des Mayas. Et le sang humain se mit à couler sur la pierre des temples. Pour conjurer une épidémie, mettre un terme à la famine, faire tomber la pluie sur les récoltes menacées, les Mayas vinrent à tuer.

Ils avaient su bâtir des villes, des monuments, des temples prodigieux. Ils avaient découvert un calendrier plus précis que celui dont disposaient à la même époque les Européens. Leur civilisation était fine et riche. Mais, influencés par l’extérieur, ils commencèrent à pratiquer les sacrifices humains. Déjà s’amorçait leur décadence. Pour de tels sacrifices, il fallait des victimes nombreuses. Les guerres, les rivalités, la division des tribus provoquèrent petit à petit l’affaiblissement des Mayas. Lorsque les Espagnols purent enfin conquérir le Yucatan, les arbres, les lianes et la forêt avaient déjà envahi les somptueuses cités du second empire. » J. C. Berrier (Le Mexique)

3 réflexions sur “Grandeur et décadence chez les Mayas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s