Pax Romana

 »-Alerte, Lusitaniens, alerte !-. Le feu découpait en ombres dures les montagnards réunis autour du chef. Par moments, l’un des assistants jetait une brassée de feuillages secs sur le brasier, et de longues flammes illuminaient alors l’orateur, monté sur un tertre.

C’était un homme encore jeune. Dans une face bistrée, ses yeux noirs jetaient des éclairs. – Oui, alerte ! Vous vous endormez dans une paix trompeuse. La paix romaine, Pax Romana… Ah, souvenez-vous de Galba. Après que nous eûmes arrêté ses légions, ce prêteur romain ne nous avait-il pas promis la paix ? Et ces fameuses terres à défricher ? Nous avons été trompés. Pas une de nos tribus, pas un de nos clans qui n’aient été décimés par d’abominables massacres, alors que nous avions déposé les armes. Oui, mes amis, affûtez vos lames, appointez vos piques. Il est temps de s’unir-.

Ainsi parlait Viriato aux montagnards lusitaniens, cent soixante ans avant le début de l’ère chrétienne. Ses auditeurs étaient venus de l’ouest et du centre de la péninsule ibérique, qu’on appelait pas encore l’Espagne. » G. Raimond

4 réflexions sur “Pax Romana

  1. Ping : Pax Romana — L’atelier peinture de Christine – Le Vélin et la Plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s