Dis, Christine, que faire de…

Que faire de ce carton entoilé, horrible ?-. Et mon amie et élève Marie-Hélène d’agiter sous mon nez une oeuvre déjà ancienne, inachevée et délaissée. Illico, je passe plusieurs lavis bien dilués, de façon à estomper sans vraiment effacer. Car son portrait, puisqu’il s’agit d’un portrait, dûment copié, ou recopié, d’après un magazine spécialisé en pratique des arts, n’est pas maladroit. Toutefois, les couleurs, violentes et même criardes, figent un facies aux traits pourtant agréables.

Il pleut dehors. Le thé infuse. Notre temps nous appartient, pour bavarder et surtout PEINDRE. Il est temps de passer à la seconde étape. A savoir, munie d’un pinceau fin, repasser délicatement les traits que l’on distingue en transparence, en alternant plusieurs couleurs. Mon amie est dubitative, elle me connait pourtant depuis bien des années, mais n’est pas convaincue par ma technique. Elle attend, elle doute d’un résultat qui n’existe encore que dans mon imagination.

J’emmène le carton entoilé, dûment barbouillé dans des tons bleus, vers le calme de mon atelier. J’ai une petite idée en tête, le coller sur une vieille toile de dimensions légèrement supérieures, elle-aussi délaissée. Problème, son fond est d’un rouge pétant, il faut donc faire la jonction. Vient à mon secours un vert subtil, à la fois doux, tendre et lumineux, qui s’harmonisera tant bien que mal grâce à la technique du pointillisme. -Ouf, c’est terminé. Enfin convaincue, Marie- Hélène ?

30x40cm « Portrait d’une jeune dame en vert » (Galerie Femmes, Femmes, Femmes)

Mon conseil. –. Il est bon, parfois, de se lâcher et de peindre à l’instinct. On laisse alors aller la ✋ qui tient le pinceau. Une toile de dimensions modestes, ou recyclée, servira d’exutoire, advienne que pourra. -. Même lorsque l’on se laisse aller à ses pires instincts de peintre, une petite lumière clignote et évite de franchir la ligne rouge. Appelons cela l’expérience de l’artiste, ou tout simplement l’expérience de la vie. -. En conséquence, même si le tableau n’est pas fameux, il n’est pas franchement raté… Tout dépend de l’endroit où l’on positionne le curseur sur sa propre échelle de satisfaction.

4 réflexions sur “Dis, Christine, que faire de…

  1. Ping : Dis, Christine, que faire de… — L’atelier peinture de Christine – Le Vélin et la Plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s