La difficulté de dé(PEINDRE) la mer

Les poètes qui riment sur la mer me laissent admirative. Je suis épatée par les écrivains qui s’essaient à restituer ses vagues, ses rivages, ses odeurs iodées. Quant aux peintres… Alors là, mon respect et ma totale admiration vous sont définitivement acquis.

 »-. Cette source de Bonnefont, qui chante clair comme pas une, cette source que j’en radote à force de l’aimer, tu la connais, toi? -. Oui, c’est de l’eau douce. -. Douce, oui, si douce, tu as raison… -. Maintenant, vous comprenez, l’oncle, cette mer, avant que j’y sois dessus, déjà, de vague en 🌊, elle m’emporte… -. Elle te ramènera, va ! Parce que la mer, tu sais, mort ou vivant, elle vous ramène toujours à la côte. -. Quand est-ce qu’on part ? » Thyde Monnier (Grand Cap)

50x50cm « Ce jour-là, la mer était bleue » (Galerie Laissez-moi vous conter la mer)

Mon conseil. Tout est dit tout est écrit, tout est peint. Que me reste-t-il pour m’exprimer, à moi qui, native de. Marseille, aime tant la grande bleue, ses 🌊, ses senteurs iodées, son horizon sans fin, son invitation au voyage ? Pas grand chose, mais un petit quelque chose qui est mon tout à moi. –. La mer est sujet difficile à traiter ? Certes, si l’on veut restituer toutes ses subtilités picturales. Mais pas vraiment si l’on veut interpréter sa mer, ou bien la somme de toutes les mers.

6 réflexions sur “La difficulté de dé(PEINDRE) la mer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s