Histoire de marin

 »-. De toutes les histoires, celle qu’elle préfère est celle du gros, gros poisson qui, l’année même de sa naissance, avait failli envoyer par le fond la Sèvres et son équipage. Le doigt de Jean- François se promène sur la carte marine, s’immobilise sur 25degré de latitude nord et 32degré37 de longitude, au méridien de Ténérife.

C’était le 25 mai, il était onze heures du soir. Nous avions quitté Saint-Domingue depuis quelques heures. Soudain une secousse terrible, boum, nous fit frémir de la coque aux mâts. Nous crûmes avoir touché un caillou à fleur d’eau. Alerte générale ! Mais la nuit était si noire qu’il fallut attendre le jour… alors nous vîmes à babord une chose, une créature de l’enfer, un poisson monstrueux tel qu’aucun de nous n’en avait jamais vu. J’ai donné l’ordre qu’on saisisse la bête avec un fort cordage arrimé sur un plan. Et trente hommes ont souqué dessus, en vain, le monstre ne bougeait pas.

C’est un Anglais qui nous a sauvés, L’Âne, capitaine Smith. Il daigna nous envoyer un canot et trois hommes. Nous virâmes sur le poisson ceinturé et le coupâmes. C’était vraiment une bête inconnue dans ces mers-là. Une licorne de mer égarée, qui avait percé notre navire au-dessus de la quille-. » Geneviève Dormann (Le Roman de Sophie Trébuchet)

Dimensions 50x50cm

2 réflexions sur “Histoire de marin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s