Contes à faire trembler de peur

 »-. Subitement, je me rappelais le temps lointain où, à Moscou, assis sur un petit banc aux pieds de maman, dans sa chambre tendue de soie damassée bleu clair, je jouais avec des écheveaux de laine multicolores. Tandis que, penchée sur un minutieux travail de tapisserie, elle me racontait quelque histoire à dormir debout. C’étaient les aventures du Poulain Bossu, du miraculeux Poisson d’Or, de la sorcière Baga Yaga dont l’isba était perchée sur des pattes de poulet…

Je connaissais tous les épisodes de ces légendes, et cependant je tremblais de crainte en écoutant maman les relater pour la centième fois. Dans mon esprit embrumé, le chatoiement des fils qu’elle utilisait pour son ouvrage rejoignait les inflexions mystérieuses de sa voix. Je songeai qu’elle aurait pu parfaitement écrire des romans. Peut-être n’avait-elle pas trouvé le temps, au cours de notre existence agitée, de s’isoler devant une feuille de papier pour noter les idées qui lui traversaient le cerveau ». Henri Troyat (Le fils du satrape)

2 réflexions sur “Contes à faire trembler de peur

  1. Ping : Contes à faire trembler de peur — L’atelier peinture de Christine – Le Vélin et la Plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s