J’étais oiselle et je ne le savais pas

 »-. Le miroir est improbable. Parfois, pendant quelques secondes, pendant quelques minutes, j’oublie mon âge. Je me promène dans mes souvenirs, je voyage dans ma mémoire. Puis, mes yeux croisent mon reflet. Ma peau semble avoir été froissée par une ✋ cruelle. Mes cheveux, autrefois si épais, ne couvrent plus grand chose de mon crâne, mon cou pendouille et mes paupières plongent. Je suis vieille et je ne l’ai pas vu arriver. J’étais belle autrefois, mais je ne le savais pas. C’est maintenant que je m’en rends compte. Sur les photos, je ne vois pas ce que je voyais alors.’ Virginie Grimaldi (Quand nos souvenirs viendront danser)

Pour PEINDRE un autoportrait, rien de plus facile, on se campe devant son miroir, et on trace ce que l’on voit. Puis on laisse libre court à sa fantaisie, ses pinceaux et ses couleurs. Mais pour cela, il me faudrait, à minima, posséder un talent avéré de portraitiste, ça se complique… Et puis, c’est incontournable, être jeune et belle. –Problème, j’ai largement dépassé l’âge de l’autoportrait-, me disais-je avec mélancolie, feuilletant un album-photos, du temps où ledites photos étaient couchées sur papier glacé. C’est ainsi que, sans doute par esprit de contradiction, j’ai réalisé mon autoportrait rétroactif.

50x50cm  »Serial Cui-cui, la mère », collection privée, galerie Pour faire le portrait d’un oiseau. -. Eh oui, c’est bien moi…. Avec quelques bonnes années de moins-

Mon conseil. -. Pour ceux et celles qui, comme moi, ne brilleraient pas dans l’art du portrait, utiliser une photographie datant de plusieurs années permet de prendre de la distance. La réalité s’est estompée, restent les souvenirs, que l’on peut dépeindre et embellir à sa sauce. -. Tremper son pinceau dans une ambiance décalée, dramatiser ou ou contraire traiter de façon humoristique, jouer des couleurs tendres ou contrastées, bref ne pas tenter de reproduire, mais au contraire d’interpréter. -. C’est de la triche, me direz-vous -? Pas du tout, mes proches m’ont bel et bien reconnue, déguisée en oiselle couvant sa nichée.

Une réflexion sur “J’étais oiselle et je ne le savais pas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s