Le Déserteur

 »-. Et je ne veux pas, je ne veux pas, je ne veux pas. Qu’ils me battent à mort, qu’ils m’abattent tout de suite, mais je n’irai plus au front. Oui, allez-y, dénoncez-moi, dites leur que je n’irai plus au front. Je me fiche de toutes ces idioties. Je… J’en ai trop vu. Je n’irai plus. -. Une chance que les autres ne soient pas des lavettes comme vous-.

70x70cm « Uniforme », poème Clara Dupard, collection privée

-. Non, non, restez, ne me méprisez pas. Je ne suis qu’un homme, je ne suis pas mauvais, je n’ai jamais fait de mal à personne. Je suis inapte… Quand un homme est inapte, je… Je ne peux pas être soldat. Vous ne les avez pas vus, quand ils attaquent, baïonnette au fusil, vous n’avez pas vu… La hargne qui fait briller leurs yeux. Vous ne savez pas ce que c’est quand le vent apporte devant les tranchées l’odeur… L’odeur. De chair décomposée. Et de se trouver là soi-même, de crier… Je ne peux pas, je veux rentrer à la maison. Ma mère a une petite ferme, c’est là que je veux vivre… Ne faire de mal à personne. – Agissez comme vous l’entendez… Je ne veux rien savoir… Ce que vous faites, vous le faites à vos risques et périls. » (Stefan Zweig Clarissa)

6 réflexions sur “Le Déserteur

  1. Quelle bonne idée de nous faire part de cet extrait du texte de Stefan Zweig, merci beaucoup, et votre manière si personnelle, merveilleuse, éclairante avec vos oeuvres picturales de vous y associer, j’en pense la même chose pour d’autres textes (la plupart), à très bientôt, très cordialdement, Louise Salmone

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s