Clair de chats

 »-. Elle se promenait au clair de 🌙 dans son cher vieux Parc Montceau dont elle savait escalader les grilles. Rue Rembrandt, ce n’était pas très difficile, même pas difficile du tout. Ses 🐈 l’avaient forcée à cet exercice quand, trop inquiète de leur fugue, elle allait les chercher. Depuis, elle en avait fait un plaisir, avec le stimulant du danger.

Le vent du Nord, qui s’était mis à souffler à Saint-Germain, avait fait bien les choses, nettoyant le ciel avant de s’apaiser. La nuit était froide, claire, les 🌟 à portée de ✋, l’herbe craquante. L’ombre des dernières feuilles dessinait sur le sol des patiences en désordre. Elle marchait en dansant sur les pelouses interdites. Les deux 🐈, Calamité la noire, et Sylvain le crémeux, son fils, la précédaient. Souples, prudents, jusqu’au moment où, grisés, ils s’élançaient dans des courses-poursuites zigzagantes, disparaissant dans les ruines factices qu’avait aimées Chateaubriand quand, dans sa jeunesse, sous la Révolution, seul, il se promenait souvent dans ce parc alors abandonné. Elle se disait qu’elle n’aimait pas les 🐱 pour les domestiquer. Mais pour s’ensauvager. » Françoise Parturier (Le sexe des anges)

7 réflexions sur “Clair de chats

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s