Voyages, voyages

 »-. De retour en France, elle avait donc cherché une boutique, et trouvé cette boucherie chevaline qui, curieusement, avait à peu près la même surface et le même volume que la pièce de la 🏠 de Bruges dont son père avait fait sa bibliothèque. Elle avait pensé que dans cette ville loin de la mer, où les trains rapides reliant Paris aux capitales du Nord passaient sans s’arrêter, le mot voyage aurait une sorte de séduction.

50x70cm  »Le voyageur d’humeur badine’‘, Vendu (Galerie Chemins de spiritualité)

Elle s’était trompée. Les gens d’ici se suffisaient de leurs plaines nues, ils aimaient l’interminable droiture des chemins de halage, les brouillards pâles, immobiles et légers, d’où giclaient parfois, gris sur gris, les boulets d’une compagnie de perdreaux, les averses tranquilles qui faisaient à peine rosir les briques des 🏠. Elle trouvait les habitants monotones, en fait ils étaient comme les arbres…/… Ils ne songeaient pas à voyager. La collection de livres réunis par son père ne se vendit pas aussi vite que l’apprentie-libraire l’avait imaginé. Mais elle n’était pas pressée, elle avait elle-même beaucoup voyagé. » Didier Decoin (Docile)

2 réflexions sur “Voyages, voyages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s