Le parfum du jasmin

 »-. Et moi, je n’ai rien arraché, j’ai laissé faire tous ces imbéciles qui, pour remplir leurs bûchers, ou vendre le bois quinze francs les cent kilos, ont enlevé de leurs terres des 🌲 que ça vous crevait le cœur de les voir si bien portants. Maintenant, ils replanter, mais il faut un demi-siècle pour faire un olivier. Leurs os seront en poudre, à ces grands couillons, que leurs arbres ne donneront pas encore de fruits !

C’est comme les paysans de Grasse. A un moment, ils se sont mis à arracher leurs jasmins, parce que ça ne vendait plus, et que dans les grandes parfumeries, ils avaient remplacé les essences de fleurs par des autres, qu’ils disaient synthétiques. C’était fait avec des charbons, des chimies, est-ce que je sais ? Des cochonneries que pas une femme pourrait aimer se les mettre sur la peau. Alors, pour quelque temps, on ne leur achetait plus leurs jasmins. Et vous croyez qu’ils ont eu la patience d’attendre, en se disant -. Ça peut revenir-. Jamais de la vie, allez zou, ils ont tout arraché.

Il n’y a eu qu’une vieille femme pour m’écouter, une vieille de Peymeinade, qui s’était retirée sur sa propriété pour y vivre. Et elle continuait à cueillir sa fleur de jasmin avec sa bonne et son jardinier. A la faire rentrer et sécher dans sa 🏠, que quand vous passiez la porte, la bonne odeur vous prenait par les pieds et vous faisait chavirer cul par-dessus tête. » Thyde Monnier (Le pain des pauvres)

2 réflexions sur “Le parfum du jasmin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s