La Maison des Dieux

‘-. La case est un peu plus grande, plus haute que les autres, mais elle n’a pas de murs. Seul un grand toit de chaume couvre le sol en terre battue. A première vue, rien ne permettrait de distinguer ce temple divin d’une simple remise. Même saleté qu’ailleurs, même charpente noircie par la suie et la fumée. Des filets tressés enferment des calebasses. Des lianes, des écorces, des planchettes, sont accrochées aux poutres.

Mais, sur de vastes étagères, reposent les Dieux. Chaque chef de famille possède sa série de divinités, une dizaine de coupes rondes, en terre cuite, dont l’anse figure un hallucinant visage humain. Deux yeux bridés encadrent un nez en bec d’aigle qui surmonte une bouche énorme, dont la lèvre inférieure proéminente est destinée à recevoir des offrandes, ou de la nourriture. L’intérieur du dieu, c’est-à-dire du pot, est rempli dunzz’amalgame calciné. Les débris du copal brûlé pendant les fêtes.

Les dieux sont de taille différente et rangés selon leur importance, encadrant Hachakyum, le dieu tout puissant. -. Les femmes n’entrent jamais dans la 🏠 des Dieux. La prière est l’affaire des hommes-. » J. C. Berrier

4 réflexions sur “La Maison des Dieux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s