Parodie talmudique

 »-. Pour toutes ces âmes ultra-religieuses, les plus infimes détails de leur vie sont réglés par la Bible. Et, par sa grande sagesse, par le Talmud surtout, où figurent les lois orales et écrites, religieuses et civiles, antiques mais pour eux toujours nouvelles. Qui les aident, par exemple, à observer le repos absolu du crépuscule du vendredi au crépuscule du samedi, de même que Dieu s’est reposé de la création du monde.

Parfois le Talmud parodie lui-même l’esprit pointilleux qui est le sien. Comme cette histoire de l’occupation romaine intitulée Les prières ne doivent jamais être vagues. Un Juif qui cheminait sous le soleil torride de l’été, dans la poussière d’une route de Judée, eut cette pensée. -. Si seulement la Providence voulait que j’eusse un âne-.

Voilà qu’à ce moment passe un centurion romain sur un âne que suit bien docilement un petit ânon. –. Eh, juif, ce petit âne est mort de fatigue, prends-le sur ton dos pour finir la route.-. Dieu a bien exaucé ma prière. Mais j’aurais dû préciser, si la Providence voulait que j’eusse un âne pour qu’il me porte. » Claude Gandelman

5 réflexions sur “Parodie talmudique

  1. Ping : Parodie talmudique — L’atelier peinture de Christine – Robert Pierre

Répondre à Louise Salmone Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s