New-York pour y vivre et y mourir

 »-. New-York. Une ville sans histoire, sans respect pour ses pierres, s’improvisant, au fil des jours, jaillissante ici, en cendres là, toujours plus haute, plus nue dans l’implacable verticale de ses montants de fer et de ses jets de béton.

60x80cm « Oh, mon New York », Galerie Bons Baisers de…

Immédiatement, il avait aimé dans cette ville sa totale indifférence pour l’humain, cette ignorance brutale pour la souffrance à nu, ce haut mépris pour l’insecte de la rue. C’était un accident de pierres et d’acier, un lieu où l’on se disait que la vie n’a pas d’importance, qu’elle est une habitude mollement remachée, une ville à crimes et à désespoir muet, comme ces sales petites chambres d’hôtel où la mort a goût d’anonymat.

C’était la ville où il avait été le plus libre. La ville idéale pour mourir d’une embolie en plein métro. C’est là qu’il avait dressé le bilan de quelques années d’errance. Qu’il avait tiré un trait pour repartir de zéro. Dans le même sens. » Pierre Kiria (L’été à coeur perdu)

4 réflexions sur “New-York pour y vivre et y mourir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s