Ce désert que j’aime tant

 »-. Le désert exhale un savant mélange d’odeurs dosées par le vent, senteur fade des sables refroidis, parfum lourd des mimosas. Une rose du désert renferme des pétales mauves sur le ❤️ rouge de son calice. Quelques insectes noirs s’attardent dans les corolles satinées des fleurs-perroquets verts, étranges. A même le sable jaune, ridulé par le vent, les pois de Stuart aux longs pétales rouge vif lèchent la base des dunes comme autant de flammes.

Le désert fourmille de regards qui épient, de milliers de bouches avides, de dents, de crochets, de mandibules prêts à l’action. U e longue plainte lugubre porte à des kilomètres. Un 🌲 mort tord vers les 🌟 ses racines bleues. L’horizon s’épaissit, annonciateur d’orage. Le vent vient du sud. Les sables valsent en tous sens. Me fouettent le visage, tissent un brouillard jaune voilant la face de la 🌙. Des éclairs roses, bleus et or fêlent la nuit. La pluie survient, décapite les fleurs qui prennent sur le sable mouillé une teinte défraîchie, rouillée. » Nicole Viloteau (La Femme aux serpents)

2 réflexions sur “Ce désert que j’aime tant

  1. Ping : Ce désert que j’aime tant — L’atelier peinture de Christine – TYT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s