A vos marques, drakkar, partez !

 »-. Rän, tassé près de l’emplanture volumineuse du mât, semblait fasciné par l’ampleur vivante de la voile qui tendait les amarres. La coque qui taillait sa route recevait les vibrations du vent transmises par le mât, la voile. Un sifflement plus ou moins aigü naissait dans le gréement. Sven en écoutait les modulations qui hantaient sa rêverie comme voici peu de temps les accords de la petite harpe dont jouait Ingeborde.

Fouaillé par le vent de mer, habité par le roulis et le tangage du ⛵, Sven imagine les prises qu’il fera grâce à ses armes, au coffre qu’il emplira de trésors. Ingeborde sera éblouie par ce qu’il lui montrera et lui promettra… Peut-être, car, alors, il sera le Viking glorieux au choix difficile.

Le grand drakkar se cabre, dresse son éperon courbe, bondit sur une longue lame grise qui roule sous sa quille, domptée. C’est lui, Sven, qui affronte le large et galope, jambes pressées sur les flancs de son étalon. En vrai conquérant, il néglige superbement ce qu’il foule et oublie pour ne fixer que l’horizon. Son rêve le dépasse, joue au loin sur les 🌊 parmi les crinières d’argent que le vent retrousse. » Michel Planchon (Crinière d’écume)

2 réflexions sur “A vos marques, drakkar, partez !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s