En ces temps lointains…

 »-. Après le retrait provisoire des glaciers (ils reviendront, comme ils l’ont fait de tous temps), il n’y avait guère chez nous qu’une steppe éventée, des buttes de cailloux, des marais gargouillants et des cours d’eau instables qui changeaient de lit sans arrêt. Les forêts ne vinrent qu’avec le climat chaud qui suivit. Et le marécage primitif ne se maintient que le long de la côte entre les ramifications des cours d’eau.

Le renne, l’élan et le buffle d’eau s’y étaient retirés. Mais dans les contrées boisées, à part le 🐺 et l’ours que nous connaissions, et que nous évitions, d’autres bêtes nous faisaient peur. Le cheval sylvestre par exemple, le lynx et le 🦉. Nous cherchions le voisinage de notre rivière, qui marquait le chemin de chez nous, et on sifflait avec une virtuosité croissante pour chasser la peur. C’est ainsi, ainsi seulement, pointant les lèvres sous la constriction de la peur, que l’homme s’est mis à la musique. Même si nous sommes d’avis que la cause originaire de l’art est de nature spirituelle. » Günther Grass (Le Turbot)

3 réflexions sur “En ces temps lointains…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s