La 🐮 et le maquignon

 »-. Anne-Marie, notre nuit de noces, vous ne me l’avez jamais pardonnée. Nous nous sommes retrouvés tous les deux dans une grande et belle chambre, avec un lit qui nous attendait, vous dans vos voiles, moi dans ma jaquette… Mais nous ne faisions rien, nous sommes restés face à face, debout, dans l’embarras. Vous vous êtes réfugiée dans un fauteuil, et moi je me disais qu’il fallait agir. J’étais très sûr de moi, de mon savoir-faire éprouvé…

Avec décision, j’ai été me mettre en tenue de campagne dans le cabinet voisin, avec une superbe 👗 de chambre chinoise, serrée à la taille par un cordonnet de soie. Je suis revenu dans cette tenue avec mon sourire galant et enjôleur, pour sabler le champagne avec vous. Le bouchon a sauté comme allait sauter votre vertu. –. Maquignon !-. J’ai été stupéfait, puis ressentant l’insulte. -. C’est bien ça. Puisque je vous ai achetée telle une 🐮, je vais me payer sur la bête, j’en aurai pour mon argent. » Lucien Bodard (Anne-Marie)

4 réflexions sur “La 🐮 et le maquignon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s