La couvade

 »-. Tout à coup, un Indien se mit à gémir, le teint vert et les narines frémissantes, accablé de tous les mots de l’enfer. Il se jeta sur le hamac, alangui et souffreteux, tandis que toute la tribu venait lui prodiguer caresses et paroles réconfortantes. Puis on lui apporta du bouillon de tortue, et il continua de râler et de se répandre. -. Qu’est-ce qu’il a ? Il accouche, lui aussi ?- . C’est presque ça, il fait la couvade. Il va se lamenter comme ça pendant des jours et des jours, et il faudra le soigner et lui éviter tout désagrément. Seulement, c’est toi, le père, qui dois faire ça. Lui, il profite de la situation-« .

L’ Indien n’en profita pas longtemps. Le père le sortit du hamac à coups de pied dans le derrière, devant la tribu consternée. La jeune maman, elle, était fière. Son époux avait décidément une force exceptionnelle. Car tous les pères s’effondraient après un accouchement.’‘ Gérard Lauzier et Marie-Ange Guillaume (Le voleur de dentelles)

4 réflexions sur “La couvade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s