Retrouvailles au bout du monde

 »-. Edmée, sans avoir prévenu, sans un télégramme, a pris un ⛵ qui est parti après celui d’André, avec ses malles, son sourire et son destin, mais en deuxième classe. Elle débarque à. Shanghai, blonde anonyme, sous une immense capeline, dans une légère 👗 blanche décolletée. Une femme que personne n’attend, une de ces aventurières qui, comme des mouches, viennent se cogner au verre d’une lampe allumée.

Dans la prodigieuse ville, Edmée s’est mise en quête d’André et l’a trouvé, semblable à lui-même, juste adapté aux Tropiques par un costume léger. Il a un sourire amusé, un peu ironique, il est le maître de la situation. Edmée est là, avec un air de petite fille fautive, elle est en train de jouer sa vie sur un pile ou face. Elle a confiance, elle le connaît, elle connaît surtout son emprise sur lui. Elle sait qu’il est ému par la fantastique marque d’amour qu’elle lui donne. -. Je savais que tu viendrais, Edmée-. Puis d’autres mots, juste quelques-uns, une simple constatation. –. Je suis heureux que tu sois là– » Lucien Bodard (Anne-Marie)

3 réflexions sur “Retrouvailles au bout du monde

  1. Ping : Retrouvailles au bout du monde — L’atelier peinture de Christine – Le Vélin et la Plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s