Les écrivaines

 »-. Elles écrivaient… Le vent hurlant autour de la 🏠 les isolait du monde entier. Le bruit des pas du Révérend traversant la salle pour venir prendre un châle oublié, un journal, ne leur faisait point relever la tête. Lui-même, perdu dans son rêve intérieur, puis se couchait après un repas frugal et rapide leur souriait à peine, retournait à ses méditations, puis se couchait après un repas solitaire et frugal. Il montait lentement, presque aveugle, un bougeoir à la ✋, mais sa grande habitude de l’escalier rassurait ses filles.

e

Elles écrivaient. Nul bruit dans la chambre que celui des trois plumes sur le papier, et du fraisil retombant par instants sur la pierre de la cheminée… Elles écrivaient. Le mince visage de Charlotte se relevait sur ses feuillets, ses yeux brillants rêvaient, parfois elle écrasait une larme. Anne posait son front sur sa petite ✋, ses doigts jouaient avec ses boucles châtains, avec le médaillon qui pendait au velours noir passé sous son col blanc. La manchette glacée qui bordait sa 👗 de mérinos gris paraissait fasciner un moment Emily qui réfléchissait, le visage empourpré, et soudain saisissait un cahier pour écrire, écrire de toute sa passion, sa violence contenue. Elles écrivaient… » Jeanne Blutteau (La vie passionnée des Brontë)

3 réflexions sur “Les écrivaines

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s