Les quatre enfants de Lir

 »-. Nuit de décembre, mois très noir dans la langue celtique. Le feu de tourbe dressé dans la cheminée mettait sur les visages des reflets dansants. Les quatre enfants étaient assis auprès de la servante Tabby, massive et grise, qui cachait ses ✋ gercées dans son fichu de laine. Le Révérend, un châle vert sur ses épaules, une chandelle à la ✋, se glissa, un peu frissonnant, dans la cuisine.

-. Je pensais, en venant vers vous, que j’avais plus de chance que le roi Lir. Un jour, il trouva changés en cygnes ses quatre enfants. –. Et qui donc les avait changés en cygnes, Papa ?-. La propre sœur de sa femme, devenue leur marâtre. Elle-même. En personne, par un affreux sortilège. Trois cents ans, les quatre cygnes durent vivre sur un lac d’Irlande. Trois cents ans, ils durent voguer sur les mers glacées de Calédonie. Et encore trois cents ans, ils vécurent sur les mers du Nord et de la Manche. Et, toujours, à travers toutes leurs affreuses tribulations, dans le froid des 🌊 et des vents, des brumes et des pluies, ils s’aimèrent, se soutinrent, et chantèrent ensemble leurs chants mélodieux. Et puis le temps du sortilège s’accomplit. Les cloches chrétiennes répandirent leurs accents sur les campagnes et les quatre enfants de Lir retrouvèrent la forme humaine. Hélas ! Ils étaient vieux, infirmes et chenus. Ils moururent aussitôt et furent enterrés sous le même tertre, les douloureux enfants de Lir!…- » Jeanne Blutteau (La vie passionnée des Brontë)

2 réflexions sur “Les quatre enfants de Lir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s