La cassette aux diamants

 »-. C’est toi, Marco, parfait. Ça s’est bien passé ? A la bonne heure, pas d’accrocs, compliments. Alors qu’est-ce qu’on a ramassé lors du cambriolage ? La cassette d’ébène, pas autre chose, aucun papier… Tiens, tiens ! Et dans la cassette, sont-ils beaux, ces diamants ?… Parfait, parfait, une minute, Marco, que je réfléchisse. Tiens, ne bouge pas, reste à l’appareil.

Il se retourna :-. Monsieur Kesselbach, tu y tiens, à tes diamants ?-. Oui. -. Tu me les rachèterais ? -. Peut-être. -. Combien ? Cinq cent mille ? -. Cinq cent mille, oui. -. Seulement, voilà le hic, comment se fera l’échange ? Un chèque, non, tu me roulerais, ou bien je te roulerais. Ecoute, après-demain matin, passe à la banque, prends tes cinq cent mille billets, et va te promener au Bois. Moi, j’aurais les diamants, dans un sac, c’est plus commode, la cassette, ça se voit trop... -. Non, non, la cassette, je veux tout !-. Ah ! ah, tu es tombé dans le panneau. Les diamants, tu t’en fiches, ça se remplace. Mais la cassette, tu y tiens comme à ta peau...- » Maurice Leblanc (La double vie d’Arsène Lupin)

3 réflexions sur “La cassette aux diamants

  1. Ping : La cassette aux diamants — L’atelier peinture de Christine – Le Vélin et la Plume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s