Le septième cercle

 »-. Troisième degré du septième cercle, séjour des violents de la troisième espèce, de ceux qui ont fait violence aux lois de Dieu, de la Nature et de l’Art. Une pluie de flammes y tombe sur les damnés. Dante aperçoit un impie, dont les tortures n’ont pas brisé l’orgueil. Virgile explique à Dante l’origine merveilleuse du Phlégéthon et des autres fleuves de l’enfer. Ils sont formés des larmes de l’Humanité et du Temps. -. De là nous arrivions à la limite extrême où le second giron aboutit au troisième. La Justice de Dieu, terrible, s’y montrait. Nous avions devant nous, pour essayer de PEINDRE cette enceinte nouvelle où nous venions d’atteindre, une lande effrayante, un sol aride et nu. La forêt douloureuse enserre cette lande, comme elle-même avait le fossé pour guirlande. Nous fîmes halte au bord de ce sol inconnu-. » Dante (L’Enfer)
En pleine crise de mysticisme -cela me prend parfois, j’évacue alors mon trop-plein en peinture-, il me faut absolument interpréter ces quelques vers qui m’interpellent. Tracé circulaire, voilà qui va de soi, à interpréter sur un support carré pour en augmenter les dimensions et cerner le cadrage, donc l’impact visuel et artistique. Pour la composition…. Pas si facile, j’en appelle alors à l’abstraction, façon Christine. Et aux couleurs, lesquelles me sont livrées par le poème, et surtout par mon imagination.

50x50cm « Les sept cercles de l’enfer« , Galerie Chaos

Mon conseil. -. Interpréter un texte en peinture, ce n’est seulement en dessiner le sens puis le barbouiller de couleurs. La magie du sens opère au moins autant que la magie des mots. J’ai retenu les termes cercles, flammes, larmes, qui me donnent le tracé et la gamme chromatique. A mixer dans une oeuvre pseudo-abstraite. C’est-à-dire dire qui peint à la fois tout… Et rien. Rien du tout. Retour à la case départ. -. Pour obtenir des cercles qui ne soient pas parfaits, mais restent  »circulairement acceptables », j’en ai tracé un sur deux à ✋ levée. Quant au chiffre sept… je crois bien qu’en cours de mon périple en enfer, j’ai oublié de compter les cercles… Par contre, j’ai respecté le code couleurs, pour éviter l’impression de fouillis : terre de Sienne, magenta et rouge orangé, noir, un soupçon d’or, un zeste d’orange vibrant, soit six. Plus un rose pâle mais non moins présent. Et de sept ! Ouf !

5 réflexions sur “Le septième cercle

  1. Ping : Le septième cercle – Chez Thibaut-Marc CAPLAIN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s