Quel gaillard, ce château !

 »-. Planté sur un éperon crayeux, au-dessus du bourg du Petit- Andelys, Château-Gaillard dominait, commandait toute la Haute-Normandie. La Seine, à cet endroit, décrit une large boucle dans les prairies grasses. Château-Gaillard surveillait dix lieues de fleuve, amont et aval. Richard Coeur de Lion l’avait fait bâtir, cent vingt ans plus tôt, au mépris des traités, pour défier le roi de France. Le voyant achevé, dressé sur la falaise, à six cent pieds de hauteur, et tout blanc dans sa pierre fraîchement taillée, avec ses deux enceintes, ses ouvrages avancés, ses herses, ses créneaux, ses barbacanes, ses treize tours, son gros donjon, Richard s’était écrié : -. Ah, ceci me paraît un 🏰 bien gaillard !– et l’édifice, ainsi avait reçu son nom.

Sept ans seulement après sa construction, la forteresse tombait aux ✋ de Philippe-Auguste, en même temps que celui-ci enlevait au souverain anglais le duché de Normandie. Depuis lors, le 🏰 avait été utilisé moins comme une place de guerre que comme prison. Qui franchissait le pont-levis de cette citadelle avait peu de chances de revoir le monde. Les corbeaux tout le jour croassaient sous les toitures. La nuit, les 🐺 venaient hurler jusqu’au pied des murs.’‘ Maurice Druon (Les Rois Maudits)

3 réflexions sur “Quel gaillard, ce château !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s