L’ossuaire de Venise

 »-. Nous progressâmes encore une demi-heure à mi-puissance de moteur dans le chenal sinueux. Chaque minute se traînait, lourde comme le plomb. Enfin nous longeâmes un ancien canal, son quai de pierre gisait sous deux mètres d’eau verdâtre. Un ange de marbre noirci au visage funèbre se dressait devant l’entrée principale, dans la boue jusqu’aux cuisses. Derrière lui, des poternes de pierre penchaient en formant des angles bizarres, et la grille elle-même avait été depuis longtemps emportée par la rouille.

50x70cm « Ma Venise », d’après un poème de Marcello Comitini

-. Quel est cet endroit atroce ?-. C’est Sant’Adriano. C’est un ossuario, l’endroit où l’on met les os des morts. Venise est très petite, vois-tu. Il n’y a pas assez de place pour enterrer tout le monde dans la ville, alors, on les enterre à San Michele. Mais San Michele est plein d’os, il n’y a plus de place pour les nouveaux-venus. Alors, sauf si ta famille paie très cher, ou si tu es célèbre, ils vident toutes les tombes et les caveaux. Et ils viennent déposer ici tous les vieux os. Ce récif tout entier est fait d’os. Il y a tant et tant de gens enterrés ici, beaucoup trop pour qu’on puisse faire le compte…- » Robert Girardi (Vaporetto 13)

4 réflexions sur “L’ossuaire de Venise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s