La cérémonie du turban

 »-. Assis dans son fauteuil en bois sculpté rehaussé de dorures, Ali Bey frappe ses ✋ grassouillettes chargées de bagues l’une contre l’autre. Aussitôt Ammam, son premier eunuque, accourt et se prosterne à ses pieds. Ammam a une charge importante au Palais. Bien qu’elle concerne l’habillement de son maître, elle n’a rien à voir avec celle à laquelle vient de se livrer l’esclave noir qui a aidé Ali Bey à se vêtir.

60x60cm  » mon Prince du désert’‘, galerie chemins de spiritualité. -. Avant la cérémonie du turban, bien entendu…-

Il est chargé d’enrouler le turban du seigneur et maître, cérémonie quasi-religieuse qui distingue le musulman de l’incroyant. L’esclave se saisit avec déférence de la longue pièce d’étoffe blanche. Et commence d’enrouler avec art et recueillement la tête immobile d’Ali, afin que ce dernier reçoive la lumière au jour du jugement, pour chaque tour de turban selon le voeu d’Allah. Quand sa tâche est terminée, Ali Bey le congédie d’un geste de la ✋ faisant étinceler les pierres qui ornent ses bagues. Ammam, plié en deux, s’en va à reculons, les yeux posés sur la pointe de ses babouches.’‘ Dominique Rocher (De sable et de sang)

2 réflexions sur “La cérémonie du turban

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s