Histoire d’amour, et surtout d’argent

 ». Son premier prétendant est un jeune et beau gondolier, qui a juste assez d’argent pour se nourrir et dormir sous un toit. Le second est un gentilhomme élégamment vêtu qui l’a vue un jour alors qu’elle achetait des choux au marché du Rialto. Il est très riche, il est très beau, son nom figure dans le Libro d’Oro. Mais il a la triste réputation d’un homme qui a connu tant d’aventures qu’il cherche depuis longtemps son plaisir chez les putains.

Le riche gentilhomme surgit comme le démon à bord d’un chaland doré au porche d’eau de sa 🏠. Il s’appelle le signor d’Anafesto. Dans les poches de son manteau, il a de précieux flacons de parfum, un petit sac de cuir gorgé de perles noires d’Orient. -. Celui-ci est riche et n’a pas l’air trop mal-. Elle accepte sur-le-champ de devenir sa femme. A l’instant précis où la marangona retentit, sur le Campanile de la basilique Saint- Marc, à la fin de la cérémonie, le pauvre gondolier sort dans la lagune, s’attache une ancre autour du cou et se jette dans l’eau profonde. C’est terrible, un mauvais présage, un signe qu’elle s’est vendue comme une putain à celui qui avait assez d’argent pour l’acheter. » Robert Girardi (Vaporetto 13)

4 réflexions sur “Histoire d’amour, et surtout d’argent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s