Les Français entrent dans El Arich

 »-. Au matin du 9 février, le village blanc d’El Arich dort d’un œil dans ses 🏠 crénelées, à l’abri de ses portes murées. La garnison du fort veille sur le village inquiet, allumé des premières heures de l’aube. Maugrabins et Albanais, armés jusqu’aux dents, protégés par des murailles de dix mètres de haut, préparent une réception bruyante aux Français. Les tours hexagonales qui flanquent le fort carré abritent chacune un guetteur vigilant.

Soudain, l’alerte est donnée. Les Infidèles émoussent leur ardeur guerrière contre les portes murées d’El Arich, brutalement réveillée. Les mères communiquent leur inquiétude à leurs enfants qui pleurent derrière les fenêtres fortifiées. Les vieillards se prosternent pour implorer Allah de briser l’envahisseur qui trouble la paix du village et des consciences. Dans le fort, la tension des guerriers se raidit jusqu’au meurtre. Ils aiguisent leurs terribles damas en prévision d’un corps à corps avec les Français, si ceux-ci réussissent à ouvrir une brèche dans les murs de la forteresse. Chaque ouverture est prête à cracher le 🔥 et la mort. Le canon tonne. L’artillerie du général Reynier vient d’entamer la porte principale du village. » Dominique Roche (De sable et de sang)

2 réflexions sur “Les Français entrent dans El Arich

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s