La douceur du foyer

 »-. Ils découvrirent enfin un abri derrière une 🏠 à étage. Ils passèrent sous un porche et, au fond d’une cour aux pavés disjoints par la mousse, ils trouvèrent une baraque encore inhabitée. C’était une sorte de remise assez vaste, sans vitres aux fenêtres, mais avec une porte intacte et un toit en bon état. Natalia contemplait avec une fascination muette la fontaine au milieu de la cour, c’était une fontaine à manivelle d’où l’eau coulerait à volonté juste devant sa 🏠…

Amélie, 10 ans, « Ma cabane », acrylique et collage

Peu à peu, ils améliorèrent la remise. Ils posèrent des carreaux aux fenêtres, firent un plancher et quelques étagères. Ils bâtirent un âtre contre le mur Est, c’est le meilleur pour la chance. Avec le tapis de Natalia qui recouvrait le sol, les deux couvertures en laine sur les matelas bourrés de chiffons et de paille, et les gros coussins contre les murs, leur remise devint un vrai foyer. Velko trouva une place chez un bourrelier. Il travaillait dur, n’allait jamais au café, restait fidèle à sa femme et lui rapportait tout ce qu’il gagnait. » Liliane Guignabodet Natalia)

2 réflexions sur “La douceur du foyer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s